L’important n’est pas de guérir, mais de vivre avec ses maux

Albert Camus

cauchemar001

Dans les profondeurs de la nuit, j’entends les sirènes et leur chant, longue plainte qui m’enveloppe et m’attire

Je me noie, l’air se fait de plus en plus rare…

Oppressée…un étau m’enserre… les bruits s’estompent comme étouffés

Et ce chant qui m’entraîne dans les profondeurs de l’abysse

Un voile gris tisse un cocon… cheminement d’une douleur sans douleur, glissement progressif vers les ténèbres…

Mes forces se consument lentement, absorbant ma lassitude et les dernières lueurs

L’obscurité devient dense

Et ce chant qui engourdit ma volonté

La peur m’envahit…effrayée par ces ombres qui s’évanouissent à peine dessinées

Et ce chant…temps scandé… compté

Fendre l’eau dans cette apesanteur…tunnel… lumière vive…

Reprendre mon souffle

Me reposer

Attendre la vague suivante

Vague déferlante qui m’enroule, me bouscule… me roule à l’infini

c-auchemar01

Et toujours ce chant qui corne dans la brume de ce voile

Chemin d’écume tracé dans cette immensité qui m’aspire dans des bourrasques qui réinventent l’immensité

L’eau ruisselle… miroir noir qui reflète les plaintes lancinantes des sirènes…

Doucement tout s’efface…glissade interminable dans cet océan agité

Juste envie de rêver

De l’allonger sur le sable mouillé

De m’échouer et de dormir

Et ce chant qui résonne toujours

Brisant toute volonté

Essoufflée… je m’enfonce

Dans ce lit silencieux et profond

Mon corps devient douloureux

Echo de fractures

Le temps se fige

S’écroule dans un silence

Comme une chimère brisée

Jeux de lumières crues

Le rideau de brouillard se déchire

Les ombres se dissipent….

Juste un cauchemar….

 

 cauchemar2

 

PS: ce sont les seuls souvenirs qui me restent de cet accident de voiture le 9 septembre 1979...il me manque 5jours et 7h de ma vie……