13 septembre 2012

Emois d'un jour

La tristesse est un mur élevé entre deux jardins.
Philippe Geluck

 

 

vagues2

 

Vague, vague vagabonde

Intrépide … frémissante

Elle creuse, façonne les parois du vertige

Tendue vers le ciel jaillissant en échos irisés

Elle va, elle vient

Vague après vague

Elle divague

Emois d’un jour d’été…

Parfois, dans la clarté tissée

De fils d’or et argenté

S’élèvent les frémissements

D’ un matin à tutoyer  les nuages

 

vagues1

 

Vague après vague,

Ecouter le silence du sable qui soupire

Juste un instant infini

Où une mouette au vol hésitant

Décompte le temps

A rebours des embruns du

Elle trépigne de vague en ruade

En gerbes d’écume

Un léger voile au loin.

La dune presque blanche,

Rosit déjà sous le soleil

Tout parait paisible ou presque.

 

vagues3

 

Les rouleaux de  vague à vague

Se forment et se déforment

Frappant le pied de la dune

Silence. … le souffle suspendu.

Et le ballet commence.

De vague en vague

De gerbe en gerbe

Elle danse ses sortilèges, insuffle sa fièvre

Dans un perpétuel flux et reflux

Entre espoir et oubli

Attendre le souffle du vent

Et prendre son envol

Arrêt sur image….

Violin Concerto in D Major Opus 47 - J. Sibelius

 

 

Posté par aubebleue à 07:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Emois d'un jour

    Qu'il est beau ce blog, bon sang...

    Posté par le Pierrot, 09 décembre 2012 à 08:45 | | Répondre
Nouveau commentaire