12 octobre 2012

Ecume des jours

J’écrivais des silences, des nuits, je notais l’inexprimable. Je fixais des vertiges. » Arthur Rimbaud     Sur la toile du vent et l’écume de l’oubli Je m’enroule dans la spirale du temps Volutes de chemins invisibles Hantés par des fantômes Les heures s’offrent des secondes d’éternité Prisonnières des flots gémissants tel un océan Eternelle…éphémère …aquarelle Le soleil effiloche la lumière Alors que le jour s’efface Instant de déchirement Dans le silence figé et complice Sur le fil de l’invisible Frissons... [Lire la suite]
Posté par aubebleue à 07:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]