29 juin 2012

I - Là..au seuil de l'errance

L’amour, c’est l’absolu, c’est l’infini ; la vie, c’est le relatif et le limité. De là tous les secrets et profonds déchirements  de l’homme quand l’amour s’introduit dans la vie. Elle n’est pas assez grande pour le contenir. Victor Hugo   Là… Au seuil de l’errance, D’un pas de vague incertitude J’avance dans l’oubli Les heures sont exclues. Mes yeux ont oublié les couleurs… La lumière se délite Sur les pentes chaudes des alentours La terre à vif Lacérée par l’usure Expire… Argile rouge Couleur de révolte ... [Lire la suite]
Posté par aubebleue à 06:27 - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 juin 2012

Chut...Laissez les volets clos...

Il y a des gens qui arrivent à joindre l’inutile au désagréable. Philippe Geluck     Ce matin j’ai chuchoté des mots Et déshabillé feuille à feuille mon corps Des silences entre parenthèse Pour ne garder que tes baisers audacieux « Je te veux nue comme tu ne l’as jamais été Sensuellement pudique Pudiquement indécente Je te veux tout simplement » Tu retiens mon impatience Nos corps s’épousent, presque immobiles… Les premières notes….les premiers frissons Tes mains commenceront à devenir curieuses, comme je... [Lire la suite]
Posté par aubebleue à 19:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 juin 2012

Le chant des sirènes

L’important n’est pas de guérir, mais de vivre avec ses maux Albert Camus Dans les profondeurs de la nuit, j’entends les sirènes et leur chant, longue plainte qui m’enveloppe et m’attire Je me noie, l’air se fait de plus en plus rare… Oppressée…un étau m’enserre… les bruits s’estompent comme étouffés Et ce chant qui m’entraîne dans les profondeurs de l’abysse Un voile gris tisse un cocon… cheminement d’une douleur sans douleur, glissement progressif vers les ténèbres… Mes forces se consument lentement, absorbant ma lassitude... [Lire la suite]
Posté par aubebleue à 07:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]