Une cabane tchanquée est une cabane en bois juchée sur des pilotis. Les cabanes tchanquées sont typiques du Bassin d'Arcachon. Elles sont situées à l’est de l'île aux Oiseaux, sur la commune de La Teste-de-Buch. Au fur et a mesure des époques, elles sont devenues un des symboles du Bassin d’Arcachon tout comme la Dune du Pyla.



L’expression « tchanquée » est la version française du participe passé gascon tchanca, « fixé sur des piquets, monté sur des échasses ». Autrefois, ce terme désignait les échasses utilisées par les bergers landais pour se déplacer sur les terres marécageuses

 

 11

 

La première cabane tchanquée fut construite en 1883 au lieu-dit « Sourdouille », à l’Est de l’île aux oiseaux, par un Gujanais nommé Martin Pibert. Elle avait pour principal but de servir aux ostréiculteurs et donc, elle fut établie prêt des parcs ostréicoles impériaux de l’époque. Sa construction en hauteur permettait aux gardiens d’assurer la surveillance de leurs parcs à huitres, et cela même à marée haute. Il pouvait de cette manière limiter les possibles vols d’huîtres. Mais cette cabane de fortune n’était pas d’une solidité à toute épreuve, le sel de la mer rongeait peu à peu les pilotis de bois, et une forte tempête en 1943 acheva cette cabane. Aujourd’hui, quelques un de ses piliers en bois sont toujours visibles à marée basse au ras du sable.

 



 

cabtchanq2

 

 

Deux ans plus tard, en 1945, un déménageur habitant la ville d’Arcachon, Monsieur Landry, construisit une cabane à une quarantaine de mètres des ruines de la précédente. Cet Arcachonnais, n’avait pas une profession liée au domaine maritime. Il bâtit cette cabane uniquement pour un usage de plaisance. Cette cabane tchanquée de couleur rouge, porte actuellement le numéro 51, numéro qui correspond au numéro de concession attribuée au constructeur. Aujourd’hui, c’est toujours l’un des petits enfants de Monsieur Landry qui à le plaisir de détenir la concession.

 

cabtchanq3

 

C’est Julien Longau, un entrepreneur en bâtiment et un ancien Maire-adjoint aux travaux de la ville de la Teste de buch, qui obtint la concession numéro 53. Il débuta les travaux au début des années 50 et inaugura cette seconde cabane presque 5 ans après, en 1954. Elle eut la même destinée que sa presque jumelle la cabane 51, un usage réservé à la plaisance. Après son décès, c’est sa fille Paulette Longau a obtenue le droit à l’occupation jusqu’en 1975, puis cette autorisation fut renouvelée en 1997. Malgré tout Madame Longau n’ayant laissé aucune filiation, la cabane fut acquise par l’Etat et le Conservatoire du littoral qui en ont confié la gestion à la commune de La Teste de Buch.

 

cabtchanq4

 

.